Communiqué impérial 2014-09 du 13 septembre 2014
Le succès du défi "ShareYourHorizons" permet à l'Empire de contribuer à l'élimination de 70 kg de plastique dans les vortex de déchets océaniques

Horizon à Almada (c) Thiborama / Studio Plaire
Sensibles à l'action de la Fondation theOceanCleanup, les autorités impériales ont souhaité mener à bien une opération concrète afin de contribuer, malgré de fortes contraintes budgétaires, à l'émergence d'une solution de dépollution des vortex de déchets océaniques.
C'est avec cet objectif qu'a été lancé en août dernier sur les réseaux sociaux le défi ShareYourHorizons. L'Empire s'engageait à contribuer, pour chaque photo d'horizon reçue par les autorités impérial, à la levée de fonds qui permettrait à l'ingénieux projet de la Fondation theOceanCleanup de voir le jour. Il s'agissait, tout en donnant à voir la variété des paysages de l'Empire d'Angyalistan, de mettre en oeuvre la disparition souhaitée du territoire physique de l'Empire.
Un objectif aujourd'hui atteint, puisque grâce à la participation de plusieurs citoyens et résidents angyalistanais, ainsi que de la famille royale de Ruritanie, les photos d'horizons collectées ont permis de contribuer à la réussite de la levée de fond de la Fondation theOceanCleanup, l'Empire d'Angyalistan étant comptable dans ce cadre de la dépollution des océans à hauteur de 70 kg de déchets plastiques.
Les autorités impériales adressent leurs plus vifs remerciements et leurs sincères félicitations à l'ensemble des personnes dont l'engagement a permis de relever ce défi. Les horizons ont maintenant rejoint la galerie des paysages de l'Empire, où chacun peut les admirer à loisir.


Pour mémoire, sans porter préjudice à sa réalité fondatrice, l’Empire d'Angyalistan avait pris la décision en octobre 2013 de revendiquer solennellement, aux côtés de sa co-souveraineté sur la ligne d’horizon, des territoires physiques, à savoir les principaux Vortex de déchets océaniques. L'objectif de l’Angyalistan est évidemment mettre en œuvre tous les moyens qu’il pourra mobiliser afin de contribuer à leur disparition, ce qui en fait le seul État au monde à souhaiter la disparition du territoire qu’il revendique.