Communiqué impérial 2014-01 du 24 mars 2014
Le traité de reconnaissance mutuelle entre l'Angyalistan et l'Union fédérale des territoires juclandiens enfin officialisé

Dans le cadre du nouvel élan donné en 2013 à leur politique étrangère, les autorités impériales avaient, l'été dernier, pris l'attache des autorités du Royaume de Juclandie*, avec lequel des échanges informels avaient été initiés lors du Sommet intermicronational de Paris, en présence du Roi Ciprian I et du président Gori Jucărescu. Un Traité de reconnaissance mutuelle établissant formellement des relations diplomatiques avait été signé par les deux pays le 15 août (lire notre communiqué du 10 septembre dernier). Mais des aléas postaux et financiers avaient durablement privé les autorités des deux pays de la publication de ce traité. Entretemps, les institutions juclandiennes ont considérablement évolué : au royaume de Juclandie a succédé l'Union fédérale des territoires juclandiens*: l'article 77 de sa Constitution stipule que cette Fédération est le successeur naturel du Royaume de Juclandie. C'est donc un traité amendé qui a finalement repris le chemin des services angyalistanais ; une déclaration du 23 février 2014, rédigée par les autorités juclandiennes le jour-même de leur fondation - preuve de l'attachement profond qui est le leur vis-à-vis de leurs relations avec l'Angyalistan -, et jointe au traité, fait état de cette évolution.
De nouvelles difficultés de communication, témoignant d'une mauvaise volonté évidente des services postaux roumains et français quant à l'acheminement des documents diplomatiques transitant par les territoire de ces nations, n'ont permis au traité ainsi complété de terminer son voyage que trois semaines plus tard. C'est donc un processus diplomatique long mais riche d'une forte détermination qui vient de trouver une heureuse conclusion, sept mois après son lancement. "Puissent les relations entre nos deux pays poursuivre leur développement dans l'harmonie et la tolérance !", a déclaré le chancelier de Juclandie fédérale, Ciprian S. Constantinescu, à l'annonce par les autorités angyalistanaises de l'arrivée de leur exemplaire du traité. "Cette persévérance augure à l'évidence de relations fructueuses", a commenté S.A.I. Le Traité a été bien évidemment dès que possible publié au Journal officiel de l'Empire.